Valgard Index du Forum
 
 
 
Valgard Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

La traque des Terres Ingrates.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Valgard Index du Forum -> Les bas quartiers -> L'Estrade des Grandes Gueules
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Rundall
Maître de Guerre

Hors ligne

Inscrit le: 28 Déc 2009
Messages: 63
Localisation: En mêllée là où ça pète le plus, ou encore dans une des nombreuses tavernes d'Azeroth.

MessagePosté le: Jeu 7 Jan - 20:44 (2010)    Sujet du message: La traque des Terres Ingrates. Répondre en citant

Il y a bientôt vingt longues années que cette aventure me laissait les cicatrices d'une dure échauffourée dans les Terres Ingrates, en Azeroth.

Nous étions trois jeunes aventuriers, à cette époque. Un mage nommé Mentor, paix à son âme, mon frère d'arme Heimherdall le paladin et moi-même, explorions les Terres Ingrates, à la recherche d'un parchemin divisé en trois morceaux et engloutis dans les entrailles d'une petite horde d'élémentaires de terre.
Cette contrée porte bien son nom. Elle fourmille encore de nombreux prédateurs, de créatures magiques et même de dragons noirs et de leurs vicieux rejetons. C'est une terre sèche, aride, dénuée de végétation. Des troggs logaient dans les mines qui n'appartenaient pas encore aux nombreux nains gris qui occupent ces terres et que l'on appelle plus communément "Duergars". Une terre de mort...



Mes deux compagnons et moi avions localisé la tanière des élémentaires, et il nous fallait en abattre un grand nombre avant de mettre la main sur le premier fragment de ce maudit parchemin.
Par chance, notre nombre à nous suffisait à terrasser ces coriaces créatures assez facilement.

Mais la chance n'avait point été de notre côté bien longtemps...

Une ombre difforme surgissait de nulle part et égorgeait Mentor d'un coup de lame précis et discret !
Seul un maudit traitre oserait attaquer de la sorte !

Heimherdall était engagé au combat contre trois élémentaires, un peu plus loin, et ne se doutait point du sort de notre mage. Je l'alertais sur le champ, mais le temps que je regarde dans sa direction, l'ombre sournoise s'était volatilisée.

Voyant le cadavre de ce qui était quelques minutes avant notre équipier baigner dans une marre de sang noir, il s'était mit aussitôt en position défensive, bouclier prêt à encaisser une première attaque.

Le sang de notre ami le mage n'avait pas encore eu le temps de coaguler à la terre sableuse, que l'ombre réaparaissait derrière moi. Le coup était terrible, mais mon armure m'avait protégé suffisament pour ne pas succomber à la lame tranchante et empoisonnée ! Je me retournais pour faire face à mon agresseur, tandis qu'Heimherdall, mon frère, chargea l'ennemi en entonnant un chant de guerre sacré.

Ce que je voyais me soulevait le coeur et je sentais mes poils s'hérisser à la vue de ce visage décharné au rictus grimaçant de pu et autres saloperies grouillantes, et affublé deux deux orbites vides ! Un mort-vivant !



Alors qu'il allait profiter de l'effet de surprise dû à son apparence repoussante pour m'asséner un nouveau coup mortel, j'avais eu la présence d'esprit d'appeler la Lumière pour former un bouclier protecteur autour de moi.

L'édentée raclure, dans un reflexe vif, se tournait vers Heimherdall pour esquiver son terrible assaut !
Malédiction ! Notre ennemi était bien plus fort que nous, et je voyais mon frère d'arme faiblir sous les assauts rapides et répétés de l'hideuse créature qui était autrefois un homme.
J'entreprenais d'aider mon compagnon à combattre plus longtemps cette abomination en le soignant par la Lumière, mais mon bouclier de Lumière se désagrégeait, et il ne me restait que très peu de force pour aider Heimherdall dans son combat.

Me souvenant d'avoir laissé quelques potions régénérantes à ma ceinture, j'en saisissais une pour regagner quelques forces. Une fois bu mon content, je chargeais l'ennemi en jurant son trépas !
A ce moment, c'était au tour d'Heimherdall, sévèrement affaibli, de faire appel à la Lumière protectrice, ce qui désengageait le cadavéreux. Mais celui-ci, malin comme il était, s'attendait bien à cela.

Seulement, ce que ce monstre n'avait pas prévu, c'était mon regain de force. Concentré sur son combat, il ne m'avait pas vu me restaurer avec cette potion d'énergie. Cela lui avait été fatal !
Voyant qu'il perdait l'avantage du combat, il se fondait littéralement dans l'ombre. Disparaissant de nos yeux, mais gravement blessé, il s'enfuyait, invisible, en proférant des mots dans sa langue rauque qui, d'après moi, étaient très probablement de colorés jurons !

Le calme était revenu, Heimherdall et moi n'avions pas le temps de souffler, il fallait réscussiter Mentor et nous restaurer au plus vite avant de subir une nouvelle attaque.
Lorsque nous courions vers le corp de notre ami, nous trouvions avec stupéfaction et dégoût le mort-vivant entrain de se repaître goulûment de la chair du mage pour restaurer ses propres blessures. Hérésie ! Blasphême !

Il n'avait fallut qu'une seule seconde au Réprouvé pour s'aperçevoir de notre intrusion à son banquet personnel ! Il avait redisparu sous nos yeux...
Heimherdall tentait aussitôt de réscussiter Mentor, mais cet acte divin demande une grande concentration et beaucoup de temps. Le paladin avait été interrompu en plein milieu du rituel, furtivement assomé par le couard mort-vivant !
Je lançais un sort d'annulation qui le sorti tout de suite de son étourdissement. Nous nous retrouvions dos à dos, à attendre la prochaine attaque furtive, nos sens en alerte.

Le silence pesant était soudainement troublé. La voix rauque et gutturale du Réprouvé se faisait entendre avec une intonation moqueuse. Ce fourbe nous narguait ! Il tentait de nous destabiliser avant d'entrer en action, mais cela, nous l'avions déjà compris. En sueur, muscles tendus, épées et boucliers prêts, nous étions encerclé par le vide.
Le mort-vivant pouvait surgir de nulle part, n'importe quand !

Il se passait des minutes interminables. L'assassin continuait de nous narguer dans sa langue démoniaque sans que nous parvenions à le localiser.
Je me concentrais, faisant appel à le Lumière divine pour sentir la présence du mort. Je voyait alors l'air bouger presque imperceptiblement à environ quatre mètres sur ma gauche ! Il était là, je le tenais ! Je sautais dans sa direction et, m'accroupissant, je consacrais une partie du sol autour de moi. Cette consécration avait fait hurler cette maudite vermine qui alors avait apparut près de nous en se tordant de douleur.

Il était repéré, et ne bénéficait d'aucun effet de surprise, ce qui aurait pour effet de le désavantager face à Heimherdall et moi. Maintenant, le traqueur était traqué. Nous nous jetâmes sur lui épée au poing et bouclier bien levé, hurlant des prières de guerre sacrées. Cette horreur, malgré notre avantage certain, affichait encore un rictus hideux et moqueur, sûr de lui. Il était certes plus expérimenté que nous, cela se ressentait dans son style de combat, mais pas au point de faire face à deux paladins aguéris comme nous, et sans son fameux effet de surprise.
Pour moi, il était pris au piège, mais alors que nous entaillions ses chairs putrides et suintantes, il était devenu éthéré et il était nettement plus difficile à atteindre ! Cette abomination avait encore des tours dans son sac !

Tandis que nous l'encerclions en le frappant méthodiquement de part en part sans grande réussite, il concentrait ses perfides attaques sur Heimherdall. Les coups du mort-vivant redoublèrent de violence, et il avait réussit à prendre mon frère d'arme au dépourvu, ainsi que moi-même. Ainsi donc je n'avait pas eu le temps de soigner mon compagnon par la Lumière, et lui-même n'avait pas eu le temps de recourir à un ultime sort de protection divine ou de soin instantané.

Au moment même où le corp inanimé d'Heimherdall s'écroulait dans la poussière des Terres Ingrates, j'étais pris d'une peur sans nom. Mais très vite cette peur se changeait en rage implacable !
Je parais une série de trois coups de dague et assommais le Réprouvé à l'aide de mon Marteau de Justice.
La suite devenait une véritable boucherie !

Gravement blessé et seul, entouré des cadavres de mes compagnons, je mettais un genoux à terre et remerciais la Lumière pour son soutien dans ce combat ainsi que d'avoir mis un terme à la non-vie de cette créature abominable.

Replaçant dans son fourreau ma lourde épée à deux-mains ruisselante du sang pourri de mon ennemi, je me reposais un instant avant de réscussiter mes deux compagnons.
Le mage Mentor ne pouvait revenir à la vie. Cela faisait trop longtemps qu'il était tombé. Et sa carcasse avait été boulottée par le Réprouvé de telle façon qu'il aurait probablement trépassé une seconde fois dans d'atroces souffrances.
Je me concentrais alors sur la résurection d'Heimherdall. Il était revenu à la vie dans un sursaut brusque et avait bien failli me trancher la tête par reflexe, dû à sa dernière image du combat. Il me regardait un instant, puis autour de lui. Je lui tendait ma main pour l'aider à se relever mais par fierté il avait préféré l'ignorer, se contentant d'un hochement de tête en guise de remerciement. Il m'était facile de comprendre sa décéption à l'idée d'avoir succombé sous les coups d'un hérétique et de n'avoir pu en finir avec lui de par son épée.

Je priais pour que notre ennemi revienne parmis les vivants et que mon frère puisse ainsi retrouver son honneur perdu en l'achevant lui-même.

Croyez-le ou non, ma prière fut exhaussée ! Autour de nous, la voix rauque revenait tourmenter nos oreilles...

Le combat qui suivi était aussi lourd que le premier. Mais sa stratégie était toujours la même, et plus aucun de ses coups bas ne pouvaient nous surprendre. Ce misérable Réprouvé n'avait que faire de l'honneur au combat, mais nos justes lames avaient eu une nouvelle fois raison de lui. Ensemble, épaulés par la Lumière, nous refaisions mordre la poussière au cadavéreux.

Debout devant le cadavre d'un cadavre, Heimherdall levait son épée en marmonnant des prières vengeresques.
La lame du paladin qui avait retrouvé son honneur, sifflait dans l'air poussièreux pour aller trancher l'immonde tête dont le rictus moqueur restait inchangé.

Fin.

_________________
Seigneur Rundall
Maître de Guerre

" Le privilège du grade, c'est celui d'être en première ligne. "


Dernière édition par Rundall le Sam 9 Jan - 13:42 (2010); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 7 Jan - 20:44 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Valgard Index du Forum -> Les bas quartiers -> L'Estrade des Grandes Gueules Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com